Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tricoucou ! C'est Moi !

  • : Le blog de Néon & Tricôtine
  • : J' AI LA PASSION POUR LE TRICOT ET LE CROCHET, LA CREATION DE BIJOUX ARTISANAUX ET CADEAUX FAITS MAISON, mais aussi tout ce qui concerne l'écriture,le bricolage, le jardinage, bref tout ce qui fait une jolie vie !
  • Contact

Hop On Cherche Là

Tricôtinozarchives

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 23:01

 ampoule.jpg

Le vert....m'évoque cette doctoresse au fort accent germanique sosie de Mrs Tatcher , qui suivait ma santé... Elle était pourtant gentille à y repenser, mais je redoutais d'aller la voir, l'attente dans cet appartement cossu , ce parquet ciré qui craquait à chacun de mes gestes, me semblait une perte de temps considérable. Je savais le verdict, la sentence éclairée par sa lampe de poche qu'elle enfoncerait dans ma gorge avec cet abaisse langue pré « haut le coeur » . Je savais ses mains froides qui palperaient mes amygdales, ce stéthoscope gelé qui parcourrait mon être laissant remonter une sensation frileuse le long de l'échine. Puis ce serait …des réflexes engendrés à coups de marteau, la pesée :je ne faisais pas le poids face à la balance , la toise qui ne semblait jamais s'arrêter de descendre jusqu'à s'enfoncer dans mon crâne de piaf, et terminer par ce constat  comme chaque fois, avec ces mots : elle est palôte !

 Bing tiens prends ça et mets ton mouchoir par dessus ! Cela voulait dire la môme vert de gris, verdâtre et le régime approprié dont j'avais une sainte horreur !!!

La dame de fer me donnerait du fer à bouloter, jusqu'à la dernière larme. J'aurai en première position d'ordonnance, droit à mon coffret d'ampoules vitaminées hépato.... (maniaque !), j'aimais les ampoules uniquement pour la petite scie qui permettait de les ouvrir, les ampoules auto-cassables n'existaient pas encore, mais j'ai eu la joie de profiter de ce progrès inestimable par la suite, étant donné mon abonnement permanent ! La scie c'était ma préparation à l'évasion, je sciais consciencieusement les barreaux de ma prison chaque jour , une ampoule de moins à avaler… sans jamais être parvenue à l'échappée finale, quand il n'y en avait plus... il y en avait encore , l'ordonnance renouvelable m'était alors une parfaite inconnue!

En deuxième position, sur le podium venait le fer vert, l'enfer vert … les épinards pourtant si joyeusement prônés par le roi des marins à la télévision,  je les mâchais jusqu'à ce qu'ils deviennent insipides et ils étaient toujours autant insupportables ! Venaient ensuite les foie de lapin et autres cervelle d'agneau en pain quotidien … Vous avez dit anémiée ?? « poêlonnées » de lentilles …. y a du vert ! euh du fer ! dans les lentilles, à croire que plus c'est mauvais, meilleur c'est pour le fer !!

Tant qu'à faire on allait vérifier quelques temps plus tard que tout ce saint régime avait émis son content de fer de la guerre contre mon manque de globules rouges.... Nous avions ordonnance de laboratoire, ordonnance de numération !! J'imaginais alors des calculs savants perpétrés par les hautes instances médicales sur ma pauvre peau d'être vert à jeun ; Une torture être à jeun, je faisais grise mine, pas de déjeuner, pas d'école, tout ça pour une minuscule goutte de sang qu'on vampiriserait au bout de mon doigt ? Pauvre gouttelette rouge écrasée entre deux lamelles de verre, qu'on allait inspecter dans son intimité pour avoir l'intime conviction qu'elle n'était plus verte !! Ma seule consolation , toute verte que j'étais ces jours là, c'était d'être avec Maman, rose de joie, au sortir du laboratoire "véritas" , elle me précipitait à la boulangerie pour remédier au petit déjeuner sacrifié, j'étais reine de mon choix , pain au lait, aux raisins, chouquettes (vous connaissez les chouquettes Parisiennes? les vraies !! hum j'en fais une cure chaque fois que j'en trouve c'est tellement réconfortant ce goût effaceur des petits déjeuners avérés jeûnés de l'enfance ). Ensuite nous « faisions » le marché , entre filles , les commerçants me gratifiaient de leur plus beaux sourires de circonstance, de leur « mais tu n'es pas à l'école ?? » Je leur racontais ma version du vert, mes aversions du fer, ces verdures sortaient enfin de ma bouche enfantine, ils m'offraient alors  une fraise, un bonbon coloré... J'étais née « verte » en vérité , qu'y pouvait-on ?

 

@ Tricôtinovertiges 

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 23:01

 Jeudi Poésie

 communauté CROQUEURS DE MOTS

  

 Nous avons emprunté à Brunô

son poème de jeudi dernier,

utilisé  quelques images

et chamboulé le plan du poème initial

 

l'Aube s'est dessinée merveilleuse à l'Est

pour se découper d'une autre manière à l'Ouest

  aube.gif

 

 

A l'aube sur les montagnes là bas.....

quiétude, sérénité

la nature s'éveille lentement,

au claquement des volets sur les arrêtoirs....

 

C'est l'heure , soleil

de continuer ta course

jusqu'à la côte à l'Ouest....

  

Sur la côte Atlantique

c'est une autre musique

la radio vocifère

ses mauvaises nouvelles

aux oreilles émergées

trop tôt de la couette.

  

Les chats à peine rentrés

de l'errance nocturne

désespèrent de faim.

 

Les contrevents (*)claquent

 sonores sur les arrêtoirs

 

Deux bras velus me hâpent

vers le jour naissant

je sursaute, apeurée,

ce n'est que le chien de la maison

prêt à laper son baiser vivace , humide..

  

La nuit s'estompera-elle

sous sa langue câline ?

   poindra alors avec le jour

cette lueur  parme ....

je frissonne... 

 

 Sur le perron,

 Une nichée d'oiseaux

a laissé quelques plumes

Une souris a perdu la tête

 

A l'Aube … 

 juste avant l'horreur !

 

@Tricôtinomatinchagrin

 

(*)  nom utilisé traditionnellement en Médoc pour désigner les "volets"

probablement dû au fait que le vent balaye la côte

 

Merci Amiral pour ton autorisation,

 pardon pour cette variation en "Aubémol" 

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 07:00

Pour

"la récré de JB"

Prénom du mercredi

"Innocent "

 

 

Il en avait l'air,

mais pas la chanson

c'était un monte en l'air

un fiéffé garçon

ils l'ont retrouvé au flair

l'ont mis en prison

comment cela s'est pu faire ?

quelle question ..

Innocent pas bon les mains pleines

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 23:01

Détournements d'Ohayou

 

 ornements "mon beau Sapin"

2011-01-012( créations "Lalie")

 

 

 version mini :  porte clé

2011-01-014.jpg

(bidouille Tricôtouille ) 

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 07:00

 

Défi N°46

proposé par Brigitte

communauté CROQUEURS DE MOTS

 

 "Es tu au clair de ta lune ?"

Quelqu'un m'a dit l'autre jour : "Je ne cherche pas la transparence, mais, tu vois, je m'accommode mal de tant de brouillard. C'est pour ça que je ne suis pas au clair avec moi-même. Tu fais comment toi pour résister ?"

(parce qu'on évolue dans un monde qui nous affecte et crie) et à laisser ici vos mots, comme une signature de vous-mêmes, de ce qu'on sait de soi, un peu, beaucoup, passionnément, et à la folie de ses fragilités, de ses forces, de ses créations, de ses émotions, de ses vulnérabilités, de ses amours et de son intelligence.

Un support en quelque sorte, du plus loin de nous-mêmes, c'est-à-dire de l'Autre ...pour revenir à soi

 

0149.gif

Répondre à cette question, nécessite d'avoir… "la foi ", la mauvaise est si facile : accuser l'autre de tous mes maux...

Et pourtant c'est tellement tentant « d'être suprême exquis sans maux» …

C'est vrai, c'est la faute à néon si j'ai cet air ahuri : il s'est encore branché sur le grille pain, ça fait des parasites dans ma parabole... pas de bol !

Encore une fois, à quoi bon se lamenter ? C'est son sale caractère et la faute à Volt air ! J'ai bien d'autres choses à faire, au clair de ma lune, qu'à me rouler sous terre ...d'effroi ?



« Connais toi toi même » a dit je ne sais quel sage « ... tu connaîtras les autres » de ce côté là, j'ai fait le tour de la question , jusqu'à avouer mes moindres recoins, clairs ou obscurs … c'est bien mon moi à moi, je le reconnais au flair, hum ! ça sent... la chair d'ampoule illuminée, la résistance grillée ! C'est Versailles dans mes entrailles, on a briqué les lustres, épousseté les toiles d'araignées pour la grande introspection depuis ma lune, c'est qu'il lui faut un peu de place à cet amas de résidus venus d'ailleurs, chassée des autres mondes puisqu'elle n'était pas ronde. Ma lune... mais en est-ce bien une ? Agglutinée de bouts de rien, de cristaux humanoïdes récoltés à travers ses bings et ses bangs, psalmodie des rhapsodies bleues qu'elle tient de camaïeux d'antan, gigote et s'ébroue à travers une lunette au petit bout vitreux: flou artistique, fondue déchaînée, m'entortille, me torpille, me mordille l'orteil, me chuchote à l'oreille...

J'aime sa folie infiltrée explosive, son « blop » gargarisme, qu'elle administre sans crier gare..garisme! Madame  est servie ! Elle me patchwork au coeur et au corps, à grands coups d'aiguillées raccommodage « Frankestein »,fait néante, greffe naturelle...bio étiquette estampillée !

La suivre ?..C'est l'évaporation, le siphon évacuateur, le grand nettoyage à l' « au clair », défonçage de brouillard, hâlo clair  amphibie !

Parfois à peine quelques signaux perceptibles, enfouis sous des parchemins nébuleux persistent... Est-ce la fin, le renouveau ?

Tapie dans une palpitation ralentie, elle attend, se nourrit d'autres ardeurs, d'autres notes, d'autres beautés insignifiantes, se régénère de contacts incandescents ….

Branchies filtrantes dirigées vers l'au de là bas et l'au des autres, tentacules oculaires à facettes lustrées, la tête chercheuse reprend mon hyperbole, ma « thématique » entre mes x et mes y, devient thèse, prothèse à protons, éclaireuse …

Je ne lui pose pas de questions, sur ses borborygmes d'ailleurs ...Je sais où va sa comète comateuse. Elle ne m'en pose pas non plus.....connait mes artères principales ....mes voies sans issues, mes soupapes à scories. 

Avoir une lune qui papillonne, une luciole sous le néon, un sonar à propulsion, c'est une chance …On avance...finalement sans  avoir "les foies" à travers le brouillard extérieur,  le carbure mijote... à l'intérieur !

 

@Tricôtinoclairdeplume



Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 23:07

 

100_4049.JPG

pochette façon Tilda                   sac à ouvrage               Ohayou façon Odine

(réalisations de Lalie   sur une musique de Tricôtine)

 

Il n'y avait que trois tout petits jours à vivre là bas, dans le cocon familial resté au pays.. Mon port-accroche coeur, qui m'appelle par vagues successives, cette sirène aux chants enjôleurs, j'y succombe chaque fois, sans jamais vouloir résister, c'est une  source rare  à laquelle je m'ennivre jusqu'à la déraison...

Trois jours ... à récolter ces fruits  mûris tout au long de l'automne, déposer ces baisers sur ces êtres que l'on aime, qui nous manquent malgré des contacts presque quotidiens virtuoses et virtuels... Trois jours, c'est court ! Il ne faut pas perdre la moindre seconde d'enchantement, minimum vital requis.. T'as faim ? pas le temps .... pas le temps !! On grignotte sur un coin de table, les restes  (de beaux restes de fête ) . En avant , la batterie fanfare étalée sur la place publique :  livres,  bobines de fil,  coupons de tissu, ciseaux, épingles. Moteur... Machine à coudre toute ! Prête ?  oui ... Couper, tailler, ronds et carrés, lorgner, zyeuter le droit fil, les sens en alerte, et ça swing  et ça sewing(*) , la valse se déroule comme ça pendant trois jours...

La couture nous nourrit, nous abreuve, c'est l'Oasis au coeur de l'hiver, la floraison que l'on n'attend plus sous la neige ! Le garçonnet qui joue à nos côtés, a envie de "faire" lui aussi, ça semble si amusant ... Pourquoi  rient-elles tant ? Qu' ya -t-il de si drôle ? Sont-elles ivres ? Oui! nous sommes ivres de l'oeuvre commune, ivres de nos retrouvailles, de fous rires, de rubans et de fer à repasser !! Oh là ...je ne vous crois pas !! Si ! Si... repasser le tissu qui va donner naissance à la chose!! Ce fer là... mais c'est une harpe, ce n'est pas la harpie qui nous casse le moral au sommet d'un panier à repasser, à ressasser jusqu'au dernier mouchoir ! Ce fer là, c'est celui qui frise les moustaches et les sourires, qui accouche du meilleur....

Trois jours ont passé , Misère ! Trois jours ont trépassé, l'Oasis est à sec, l'oeil humide, il faut se quitter. Je repars, mon sac gorgé de souvenirs, l'appareil photo révelera les splendeurs passées à la fermeture zip... Qu'entends-je ?

Le prochain train pour l' Ohayou sifflera.... trois jours! ..Est-ce un chant de Sirène ? ...

 

(*)  to sew: coudre  (anglais)

 

@Tricôtinechézizine

 

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 23:01

 Jeudi Poésie

 communauté CROQUEURS DE MOTS

 

2011-01-01.jpg

Trier les boutons

à d'autres....les lentilles

 

tirer la langue aux chas

  enfiler les aiguilles

 

appliquées  petites mains

accouchement sans douleur

une pochette affleure

 

court bouillon de couture

Pari tenu....Paris vécu

 

Top là ! pour ta Haute couture!

 

@Tricôtinàzizine

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 07:00

Pour

"la récré de JB"

Prénom du mercredi

"Olympe "

 

  neptune.jpg

l'indigne...Olympe !

  l'impérieuse pépie

au limpide  bénitier soulage,

 l'ingère l'eau bénite, l'ingrate !

l'indiffère... la lingère,

  son lin gratte, 

  l'indigène indigo du corsage, l'incommode !

lin...diffère, l'impudique se désape,

l'impensable....... en public !!

 

Oh! l'impie

Dieux drapés dans leur dignité froissée,

Olympe l'impudente  est punie

en paters et pénitences

 

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 23:01

 

- Dis Maman, c'est quoi une paire ??

 

Une paire, ce sont deux choses identiques, une paire de chaussettes, une paire de lunettes ...

 

- et quand y en a quatre ça s'appelle comment ?

 

ça s'appelle des jumelles... non tu n'as pas la berlue !!

 

Une paire de jumelles c'est possible même avec 4 ans d'écart, 600 kilomètres de distance ....

Jumelles c'est quand les deux font la paire jusqu'à la paire de boots achetées à un an d'écart...

Jumelles c'est Lalie et Tricôtine, une blonde une brune, zizines qui s'emmêlent les pinceaux pour retrouver leurs p'tits souliers :trouver la bonne paire au petit matin, jouer les princes charmants à essayer les godasses en tous points identiques,

jumelles jusqu'à être les cendrillons de la farce ? 

Jumelles c'est rire du coup du sort qui à laissé nos arpions interloqués !!

Voilà une autre paire de manches ...Double je, "bonto"... Lalie, je ne suis pas sûre...

Je crois que je suis repartie avec une chaussure des miennes et l'autre je crois bien que c'est.... une des tiennes !!

100_4036.JPG

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 23:01

 

 Nous devions être plus nombresuses, mais la période des fêtes n'est pas propice à se libérer des obligations familiales, ce n'est que partie remise , nous tenterons une nouvelle rencontre en 2011.

 

"Elle", Parisianne... m'attendait à la porte des croqueurs ,près de la statue du "néon penseur" ....

 

RENDEZ-VOUS-PARIS.jpg

Nous avions rendez vous pendant cette escapade "immersion en milieu naturel - retour aux sources", la neige m'avait patiemment attendue elle aussi pour que j'y goûte à mon tour, tout était parfait.

Un conte de Noël n'aurait pas eu plus  d'impact sur Néon.

Parisianne a résumé fidèlement cette journée "traversée de Paris" (ici) , me prêtant un débit verbal assez intense , que je ne démentirai pas afin de ne pas altérer ma réputation.

Laissez nous toutefois apporter un éclairage nouveau .... côté ampoules on a pas fait mieux dans le genre !!

Néon avait le watt remonté, par contre les pinglots ex-parigots ont eu mal au casque, c'est souvent comme ça ... les lendemains de fête!

Ils ont arboré le style prussien "casque à pointe"  hérissés de vésicules translucides : il ne restait guère que le beau Danube bleu écoulé dans une bassine avec gros grain de sel pour qu'ils reprennent leurs esprits meurtris !

Le pélerinage jusqu'aux portes du monde englouti de néon valait sont lot de compote... telle !

Parisianne, visage doux, ange blond... c'est Paris en un jour , c'est la tour Eiffel , les grands hommes, la Sorbonne, la Joconde et le Louvre , c'est la place du Tertre ... Parisianne c'est un guide qui dépose de jolis cailloux blancs emplis de poésie aux éclats de rubis sur votre chemin. Le temps d'une marche triomphale, Parisianne c'est un paquet cadeau enrubanné , ça vaut le prix de l'orteil ratatiné le soir au fond des bottes.....

Ces rencontres après le virtuel, sont des enchantements, il n'y a qu'un "petit pas" à franchir, je vous recommande la recette "Parisianne" en chair et en os mais surtout.... mettez des baskets ou des charentaires montées sur coussin d'air !  

Partager cet article
Repost0